15/06/2006

ser poeta...

"Qui nous donna des yeux pour voir les astres

sans nous donner des bras pour les atteindre?"

Florbela Espanca (in Sonetos)

 

          Ser poeta é ser mais alto, é ser maior
          Do que os homens! Morder como quem beija!
          É ser mendigo e dar como quem seja
          Rei do Reino de Aquém e Alem Dor!

          É ter de mil desejos o esplendor
            e não saber sequer o que se deseja

É ter cá dentro um astro que flameja,
É ter garras e asas de condor!

É ter fome, é ter sede de Infinito!
Por elmo, as manhãs de oiro e de cetim

É condensar o mundo num só grito!

É amar-te assim perdidament
É ser alma e sangue e vida em mim
E dizê-lo cantando a toda a gente.

 

(Etre poète c'est être en hauteur, c'est être plus grand/que les hommes! Mordre comme si on donnait un baiser!/C'est d'être mendiant et donner comme si on était/ Roi du Royaume de là et de l'au-delà de la douleur!/C'est d'avoir de mil désirs la fulgurance /Et ne pas savoir au moins ce que l'on désire/C'est d'avoir en soi un astre qui jaillit des flammes,/c'est d'avoir les griffes et les ailes du condor!/ C'est d'avoir faim et d'avoir soif d'Infinit!/Et comme horizon les matins d'or et de satin/C'est condenser le monde dans un seul cri/C'est de t'aimer ainsi sans autre raison/C'est d'être l'âme et le sang et la vie en moi/et le dire chantant à tout le monde)

 

De : Elisa

À   : joE

 

Object : RE : L'encre de mon sexe

 

Monsieur,

Je change symboliquement mon stylo pour en prendre cet autre chargé imaginairement de mon encre intime. Gourmande, imaginative et très vibrante, j'aime l'imprévu, les rencontres insolites.  Je suis libérée de corps et d'esprit...  Mon plaisir le plus fort est d'obéir à quelqu'un pour satisfaire la moindre de ses exigences et caprices pour son plaisir maximum.  Je suis toujours mouillée et brûlante à l'idée de l'acte de pénétration.  J'aime le frisson indéfinissable qui me parcoure quand une bitte en érection vient me frôler doucement le sexe pour finalement s'y échouer. J'aimerais vous entendre murmurer à mon oreille, alors même que vos doigts insolents me frôlent, me pétrissent, me fouillent afin de m'arracher des râles de plaisir, des mots fous métissés de poésie érotique et d'expressions crues qui me parcourent en tous sens.  Du cerveau à l'entrejambe béant.  De l'entrejambe au cerveau.  Je me vois aussi accepter de faire l'amour ou m'exposer à des caresses osées à des moments et dans des endroits insolites.  En voilà de la matière à réflexion!"

16:38 Écrit par joE | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

SAIGNANT! beerrk! on voit bien que c'est un mec qui écrit...

Écrit par : Monique | 21/06/2006

Les commentaires sont fermés.