14/11/2006

in-somniaqueries

le someil s'éloigne de moi comme le bruit du silence. La nuit tiède, humide, taiseuse et tendre, s'épanche en voluptés décimales comme une équation nécessaire. De rien, rien n'est fait de rien et pourtant de riens se rempli le vide de toutes ces lèpres qui gangrènent l'habitacle réduit de notre existence.

 

Je rêve de toi.

02:10 Écrit par joE dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : rien |  Facebook |

Commentaires

Je vais y réfléchir .

Écrit par : crayat | 14/11/2006

waoooooow trop fort pour moi à cette heure-ci ...

Écrit par : pommefraise | 16/11/2006

Les commentaires sont fermés.