22/11/2006

Jacques IZOARD

  Répétons les mêmes mots :

    le bleu nu déchire

    le bleu vêtu de bleu.

    Nous sommes déjà vaincus,

    ignorant le vertige.

    Nos habits de guignols

    dissimulent la beauté

    de nos corps, de nos echymoses.

 

in "Pavois du bleu" éditions de l'Esplumoir 

MalangatanaBarLuso
MALANGATANA (Mozambique)

 

00:35 Écrit par joE dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : izoard |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.