06/12/2006

Irisiades

 

81164

Irisiades 11

 

Le drap de ton regard

S’étend humide à l’ombre de moi-même

 

Nus pieds sur les chemins de toi

Entier, dénudé, je me rends

 

M’éveiller dans ton corps de jeune fille

À l’aube de tes attentes

Tempo di Roma, temps de toi

Toccata, tango, symphonie

 

L’instant fugace s’éternise

dans le vieil album de photos décolorées

dans un in-passé, dans un a-venir

dans les griffes d’une envie


Traduit du portugais par Marie-Pierre Koch avec mes remerciements

 

 

 

10:59 Écrit par joE dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

la photo c'est le k-do que t'as apporté le grand sein ???

Écrit par : pommefraise | 06/12/2006

sein nike non, voyons!
le grand sein n'existe pas... on ne te l'as jamais dit?
c'est des fausses barbes, des fausses factures, des faux cadeaux.

Écrit par : joE | 06/12/2006

Les commentaires sont fermés.