11/01/2007

PANEM ET CIRCENSES

Je vous offre un poème d'Irene STECYK
extrait des "Monstres Sympathiques"
edition Les Paragraphes Littéraires de Paris

PANEM ET CIRCENSES

J'ai cueilli sur ta bouche un mot poivré de menthe.
J'ai mordu ton épaule où le désir coulait.
J'ai contemplé le jeu de tes pupilles démentes
Et puis pour t'avoir vu, j'ai dit que je t'aimais.

J'ai écrasé un lys, j'ai avalé la nuit.
Son goût bleu et sucré m'est resté dans la gorge,
Comme en mon cerveau las m'est resté ton ennui,
Lente et morne victoire où nos amours s'égorgent.

Je n'avais pas de coeur, à quoi bon en chercher?
Du fruit de ta sueur en jaillissaient des mille
Et ces coeurs incomplets en ma chair sont greffés
Pour qu'en me blessant mieux l'absurde m'assimile.

Illustration de la force animale qui anime l'écrivain. Ce poème oublié est la preuve de la force qui préside la création. Il faut remonter aux sources, aux orgines pour comprendre l'acte créateur. La Vie, telle qu'elle aparaît n'est que le reflet de l'âme. Nous sommes tous des émigrés de l'âme, de l'intérieur qui nous mène main dans la main, depuis la naissance jusqu'à la renaissance. Naviguer les eaux du passé, entendre les voix du passé, non pas pour s'y attarder mais pour relancer la vie, notre vie, notre piste, celle que nos ancêtres ont tracé pour nous induire des vies. Vivre. Vivre autrement. Décollés de la réalité
qui nous submerge.

Je suis un pisteur. Celui qui hume les odeurs de vos pas, timides, révoltés, acharnés, insouciants, macabres, criminels, fraternels, obliques, mais vos pas humains sur les terres des dieux. Rien, ni personne, ne me fera changer la joie de vous découvrir Hommes entiers sur le tracé de la Vie. Seul la Vie reste. Malgré la Mort. Malgé les morts
.

21:11 Écrit par joE dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Du pain et des jeux ! A l'huile d'olive pour encore plus de sensualité !

Écrit par : Nola | 15/01/2007

Tous des émigrés de l'âmes.. C'et tellement beau ...
J'adore cette poésie
Yasmina

Écrit par : Yasmina | 20/01/2007

Les commentaires sont fermés.